Les mots ouvrent

des passages

Bien nommer ce que l'on observe c'est nuancer notre propos, lui donner une représentation ciselée qui n'effracte pas le réel de notre regard fragmenté.
 

J'encre mes paroles pour qu'elles ne sombrent pas dans l'écume des pensées quotidiennes, qu'elles ne glissent pas dans l'abîme du souvenir, éteinte à la mémoire endeuillée.